QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisBruits de Recife (Les)
Titre originalO Som ao Redor
Résumé À Recife, au Brésil, la vie quotidienne d'une poignée de personnes vivant dans la même rue du quartier Setúbal. Alors qu'une société de surveillance privée investit les lieux pour en garantir la tranquillité, chacun vaque à ses occupations. Bia, femme au foyer, élève ses enfants, se bagarre avec sa soeur, fume des joints et s'agace des aboiements d'un chien. João, agent immobilier, débute une nouvelle histoire d'amour, tandis que son grand-père règne en patriarche sur un pâté de maisons...
ActeursMaeve Jinkings, Gustavo Jahn, Irandhir Santos, Waldemar José Solha, Irma Brown, Clébia Souza, Lula Terra, Yuri Holanda, Albert Tenório, Nivaldo Nascimento, Felipe Bandeira, Clara Pinheiro de Oliveira, Mauricéia Conceição, Sebastião Formiga
Réalisateur(s)KLEBER MENDONÇA FILHO
Critique ** Ce film brésilien, sorti en France deux ans après sa première présentation au festival de Rotterdam, vaut pour son tableau social et sa maîtrise formelle. Le réalisateur Kleber Mendonça Filho (dont c'est le premier long-métrage) orchestre habilement un récit choral, sonde le quotidien d'une classe moyenne pour en capter les désirs, les frustrations, les peurs, les obsessions sécuritaires. Il sonde aussi les rapports de forces entre cette population aisée et ses serviteurs (domestiques, surveillants...), mettant au jour une structure sociale qui se perpétue de génération en génération, des plantations de cannes à sucre aux îlots urbains. Derrière une apparente douceur de vivre, le réalisateur réussit très bien à distiller des sentiments troubles et vaguement inquiétants : gentillesse condescendante, cruauté feutrée, jusqu'à la rancoeur vengeresse. Une angoisse sourde et une tension latente traversent ce film réaliste aux petites touches fantastiques (l'apparition d'un gamin sur les toits et dans les arbres, le rêve d'invasion de la petite fille...). Cette angoisse et cette tension, qui mettent les personnages sur les nerfs, sont exprimées symboliquement par un beau travail sur le son (amplifications des bruits agressifs du quotidien, petits effets stridents) et sur l'espace (la verticalité des immeubles, les barreaux aux portes, etc.). Kleber Mendonça Filho voulait que son film soit comme un soap opera filmé par John Carpenter. Et c'est plutôt réussi. Voilà qui lui permet, entre chronique et mini thriller, de capter un profond malaise social, une violence prête à exploser. Mais il aurait pu davantage condenser son récit et donner plus de rythme à l'ensemble. Languissant, le film se répète un peu dans l'expression de son intention et, à l'inverse, ne développe peut-être pas assez l'élément dramatique introduit au final. Il n'en témoigne pas moins d'une intelligence et d'une sensibilité intéressantes.

Frédéric Viaux (film vu le 14/03/2014 sur grand écran)

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires