QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisHomesman (The)
Titre originalThe Homesman
Résumé Mary Bee Cuddy vit seule dans une ferme du Nebraska. On la dit rude et autoritaire. Aucun homme ne veut l'épouser. Dans sa contrée, trois autres femmes, mariées, n'ont pas eu sa force pour affronter des conditions de vie difficiles. Elles ont perdu l'esprit. Pour pallier l'irresponsabilité de leurs époux, Mary va se charger de convoyer ces femmes vers l'Iowa, afin de les ramener à leur famille. Elle entreprend ce dangereux voyage aux côtés d'un vieux cow-boy qu'elle a sauvé d'une pendaison...
ActeursTommy Lee Jones, Hilary Swank, Grace Gummer, Miranda Otto, Sonja Richter, John Lithgow, Evan Jones, William Fichtner, David Dencik, Jesse Plemons, James Spader, Meryl Streep, Tim Blake Nelson, Hailee Steinfeld
Réalisateur(s)TOMMY LEE JONES
Critique ** Un western qui fait la part belle aux grands espaces et vastes ciels de l'Ouest états-unien (superbe photo de Rodrigo Prieto). Un récit qui chemine façon road-movie, lentement mais sûrement. Deux thèmes - grâce et rédemption - qui sont symboliquement les moteurs dramatiques du film (littéralement aussi, puisque ce sont les prénoms des deux mules qui tirent la carriole transportant les personnages principaux...). Voilà pour la dimension classique. Le reste est plutôt atypique. À commencer par le tandem qui est au centre du film : une vieille fille à forte tête, frustrée dans sa générosité, frustrée d'amour, et un vieux cow-boy pragmatique, pas vraiment du genre humaniste, mais un peu justicier quand même. Tandem inédit et beaux numéros d'acteurs, avec une mention spéciale à Hilary Swank, magnifique et touchante. Ces deux-là nous embarquent dans une histoire sans gunfight, sans chevauchée fantastique, mais avec un tableau social singulier, qui évoque non seulement la dureté de la vie dans le Far West du XIXe siècle, l'envers du rêve américain, mais aussi et surtout la rudesse de la condition féminine dans ce contexte, la pression sociale et morale autour du mariage et de l'enfantement, qui poussent certaines femmes à la folie ou autres extrémités. Thématique rare dans un cinéma de genre à dominante bien virile. Et ponctuée ici, aux trois quarts du film, par un événement aussi inattendu que déchirant. Au final, grâce et rédemption s'effacent au profit d'une forme de nihilisme qui balaie tout, les serments, la dignité, la mémoire, le pouvoir de l'argent... Tommy Lee Jones offre une vision bien désabusée de la conquête de l'Ouest. The Homesman est un film amer à souhait. Il lui manque peut-être quelque chose de plus âpre et chaotique, dans sa forme, pour coller davantage au sujet. Quelques variations de rythme, aussi, pour s'emballer et nous emballer complètement. Mais la qualité est là, bien tenue d'un bout à l'autre.
D'après un roman de Glendon Swarthout.
Coproducteur : Luc Besson.

Frédéric Viaux (film vu le 18/05/2014 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires