QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisDeux jours, une nuit
Titre originalDeux jours, une nuit
Résumé Alors qu'elle s'apprête à reprendre son boulot après un arrêt de travail, pour dépression, Sandra apprend qu'elle va être licenciée. En son absence, un vote a eu lieu dans son entreprise, organisé par la direction : les salariés ont eu à choisir entre recevoir une prime de mille euros ou permettre à Sandra de conserver son poste. Ils ont quasiment tous choisi la prime... Sandra, épaulée par son mari, va aller les voir un par un, chez eux, durant un week-end, pour leur demander de changer d'avis.
ActeursMarion Cotillard, Fabrizio Rongione, Catherine Salée, Timur Magomedgadzhiev, Christelle Cornil, Alain Eloy, Philippe Jeusette, Myriem Akeddiou, Laurent Caron, Serge Koto, Baptiste Sornin, Olivier Gourmet, Morgan Marinne
Réalisateur(s)JEAN-PIERRE DARDENNE et LUC DARDENNE
Critique ** Avec ce petit manuel de survie dans le monde du travail, par temps de crise, les frères Dardenne prouvent une nouvelle fois leur capacité à se connecter à la réalité, à sonder les maux d'une époque à travers les histoires de personnages ordinaires. En l'occurrence, ici, l'histoire de Sandra qui se lance dans une petite épopée de deux jours et une nuit, une épopée du porte-à-porte dans une ville de Belgique, pour chercher des alliés parmi ses collègues de travail, pour défendre son emploi quand d'autres protègent leur "précieux". Au fil des rencontres de ce "door-movie", rencontres un peu répétitives dans leur forme mais offrant une belle variété de réactions humaines, se posent des cas de conscience dont les résolutions disent ce qu'est le monde du travail aujourd'hui (sa concurrence sauvage, sa déshumanisation...) et ce qu'il génère (insécurité, angoisse, violence, repli égoïste ou élan solidaire). Le personnage central défend un droit au travail qui tient ici du droit à exister. Deux jours, une nuit est le récit d'une lutte pour la survie, qui débouche au final sur la belle idée d'une survie par la lutte elle-même. C'est un film sur l'abnégation, sur une forme de résistance sociale et sur la reconquête de soi. Héroïne de ce parcours du combattant, tombant et se relevant mille fois, tiraillée entre la honte de "mendier" une grâce et la volonté de dénoncer une injustice, le personnage de Sandra offre un rôle éprouvant et magnifique à Marion Cotillard, parfaite dans un registre borderline, à fleur de peau et à bout de nerfs. L'actrice s'est étonnamment fondue dans l'univers des frères Dardenne. Un univers rude, toujours très juste sur le plan social, toujours intense, mais qui présente dans ce film quelques petites mutations, plus ou moins satisfaisantes. Dans les "moins" : une tendance un peu démonstrative, une tendance à mettre en mots des considérations qui s'exprimaient auparavant sur le mode du non-dit, de façon plus brute. Avec pour effets certains moments presque trop attendus. Dans les "plus" : une balance appréciable entre l'expression des galères de la vie et une chaleur humaine qui transpire plus que jamais d'une pellicule qui a souvent été très froide. Avec à la clé des scènes qui comptent parmi les plus émouvantes de la filmo des Dardenne : la rencontre entre Sandra et son collègue footeux qui fond en larmes avant de lui assurer son soutien ; une scène de voiture avec Sandra et son mari, une chanson qui passe à la radio, quelques regards qui disent tout. Et enfin, l'idée du dépassement de soi salvateur ouvre une brèche positive. On n'ira pas jusqu'à parler d'optimisme, faut pas pousser quand même. Mais la lumière au bout du chemin fait du bien...

Frédéric Viaux (film vu le 20/05/2014 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires